AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I'm alone, on a bicycle for two.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage





Invité



MessageSujet: I'm alone, on a bicycle for two. Mer 12 Déc - 17:54


Bradshaw , Kalea Lauren


Tchô les gars, moi c'est Kalea Bradshaw, j'ai vingt-trois ans et je suis une femme plutôt cool. Je suis à Woodsboro depuis un an et je dois vous avouer que je trouve cette ville morne, froide et malsaine. Je suis employée au Librarium et scénariste à mes heures perdues et je suis célibataire. Puisque vous semblez vouloir en apprendre un peu plus sur moi, voici comment définir ma personnalité en quelques termes seulement ; dotée d'une forte imagination, généreuse, enjouée et patiente mais aussi réservée, indécise, émotive et influençable. Je fais bien évidemment partie du groupe could be the next et je tiens à préciser que, non, vous ne rêvez pas, je ressemble étrangement à Hayden Panettiere, du moins, on arrête pas de me le répéter.



chapter one.


Bon. Il est inutile de s'appesantir sur mon enfance, encore moins sur mon adolescence. Sachez juste que j'ai toujours été plus trouillarde que les autres. C'est tout. Et aussi que j'ai vécu dans de nombreuses villes de Grande-Bretagne, bien qu'étant américaine. J'ai aussi une grande sœur, de deux ans de plus que moi. J'ai eu une vie banale, je pense, hormis mes nombreux déménagements, qui ne m'ont guère posé problème. Le jour où la vie a vraiment commencé à me mettre la misère, ce fut lors de mon inscription à l'université d'Oxford. Ma plus grosse erreur. Ensemble, revenons sur ces années où mon égo et mon estime ont pris un sacré coup. Après tout, mieux vaut en rire.

Posons le contexte. Tout a commencé un dimanche après-midi pluvieux. J'étais malade et seule par-dessus le marché. Je traînais lamentablement ma peau d'une pièce à l'autre, sans savoir quoi faire. Après avoir passé de nombreuses minutes à me morfondre sur mon sort, en pauvre petite âme esseulée que j'étais, mon regard se posa sur un DVD que l'on venait de m'offrir et que je n'avais pas encore pris la peine de visionner. Le timing était parfait, je n'avais rien de mieux à faire. Enthousiaste, je m'installai confortablement dans le canapé et reportai mon intention sur l'écran de la télévision.

Approximativement deux heures s'étaient écoulées, mais ma vie venait de prendre un cours nouveau. Mon avenir venait de se révéler à moi et me paraissait clair et concret. Ma vie avait enfin un but ! Avant de continuer mon récit, je tenais à vous avertir. Lors de ces terribles évènements, je n'avais que dix-sept ans. Peut-être moins ? Je ne me souviens guère. Cela dit, la logique, la raison, tous ces concepts n'ont jamais été mon fort. Je me suis toujours laissée portée par ma passion, par mes sentiments. Ce qui explique ce qui va suivre. Donc, reprenons. Je voyais enfin clairement mon but sur Terre. J'avais trouvé ma place ! C'était comme ... une révélation ! Et c'était Elle Woods qui venait d'éclairer ma lanterne. Pour ceux qui ne connaissent pas Elle Woods, revoyez vos classiques. Elle Woods. La revanche d'une blonde. Allô ! Ce fut donc à partir de ce dimanche après-midi pluvieux que ma vie prit un tournant irrémédiable, à mon plus grand désespoir.

Durant les jours suivants, je n'eus plus qu'un seul sujet de conversation à la bouche. Mes futures études de droit. Et oui, de droit messieurs-dames ! Parce que je vois les choses en grand. Je suis pas une mauviette. Enfin presque. Bon, tout ça pour dire que, après avoir vu cette comédie américaine intitulée La revanche d'une blonde, mon obsession était de devenir la nouvelle Elle Woods. A savoir, me faire plaquer par mon petit-ami qui veut devenir sénateur et qui trouve que je risque de lui porter préjudice car trop stupide. Pleine de revanche, me faire accepter à Harvard, afin d'y étudier le droit. Après de nombreux échecs, humiliations, et trucs de ce genre, en boucher un coin à tous ceux qui ne croyaient pas en moi. Et devenir, littéralement, une femme exceptionnelle. Rien de plus, rien de moins. Bon, mon petit ami de l'époque ne s'appelait pas Warner et ne souhaitait pas devenir sénateur, et, qui plus est, il m'a plaqué pour aller avec Jessica, la présidente du club de lecture mais bref. Etant en Angleterre, j'avais également décidé de jeter mon dévolu sur l'université d'Oxford. Mais malgré cela, j'étais bien décidée à montrer à tout le monde ce que je valais. Avec le recul, je me rends compte que c'était stupide. Je ne savais même pas en quoi consister les études de droit. Et à vrai dire, je m'en fichais. Tout ce que je voulais, c'était me pavaner en tailleurs sur le campus et crier objection en prenant un air énervé. Pathétique, hein ? Pour vous épargner tous les détails inutiles, retenez seulement que, lorsque je leur ai annoncé mes projets d'avenir, mes parents ont recraché leur café par le nez et ils ont fait de même lorsque j'ai appris que j'étais acceptée à Oxford.

La suite ? Une véritable blague. Ma vie ne fut qu'une véritable blague. Oxford était une très belle université, mais avec un niveau bien trop élevé pour moi. Le droit n'était pas ce qui me passionnait. Je ne me voyais aucun avenir là-dedans. J'avais bien trop de travail pour me pavaner sur le campus en tailleurs, comme je l'avais si souvent rêvé. Les premiers résultats qui tombèrent furent catastrophique. Bref, je me rendais peu à peu compte que j'avais fait une énooooooorme erreur. Malgré tout, mon positivisme ne m'a jamais lâché et je voyais chaque jour comme une nouvelle chance. Mais bon, c'était pas encore ça hein. Pour me changer les idées et oublier l'univers si stricte du droit, je m'inscrivis dans le club de cinéma de l'université. J'y passai les meilleurs moments de mes années universitaires et cela me permis d'améliorer ma culture cinématographique et de me rendre compte que le droit n'était décidément pas ma tasse de thé.

Durant mes années passées à Oxford, je fis une rencontre qui changea ma vie. Et oui, continuons dans les clichés, ça me va si bien. Bref. Il s'agissait d'un professeur du nom de Andrew Adamson. Oh, je vous vois venir. L'habituelle relation impossible entre un professeur et sa jeune étudiante, blablabla ... Non. Cela ne s'est pas passé comme ça. Monsieur Adamson croisa mon chemin par hasard. Il avait l'habitude de faire des conférences sur le campus, de thèmes variés. Cela touchait principalement l'histoire, la littérature, le cinéma, toutes sortes d'art ... Ces conférences étaient mes préférées et je n'en manquais une pour rien au monde. Ce n'était pas de l'amour. Comment aurait-ce pu en être, alors que je ne lui avais jamais adressé la parole ?! Non, c'était de l'admiration. J'étais véritablement bouche bée devant cet homme. Il avait le don de vous fasciner en abordant n'importe quel sujet. D'ailleurs, tout le monde était sous son charme sur le campus. C'était le genre à ne laisser personne indifférent, sans vraiment le vouloir. Bon, je suis consciente que tout cela n'a probablement pas de sens pour vous, mais sachez que j'aimais réellement ce professeur. Pour mon plus grand bonheur, il présida quelques séances du club de cinéma et je pus enfin l'aborder. Encore aujourd'hui, j'ai du mal à mettre des mots sur ce que je ressentais à l'époque, et sur ce que je ressens toujours aujourd'hui. Monsieur Adamson était quelqu'un d'unique. Lorsque vous lui parliez, vous aviez l'impression de vous sentir spécial. Je crois que c'est pour ça que tout le monde l'aimait autant. Mais bon, assez de sentiment.

Au début de ma quatrième année à Oxford, j'appris que Monsieur Adamson avait décidé de quitter l'université. On ne parlait plus que de cela sur le campus. Vraiment. C'était genre, le scoop. Tout le monde y allait de sa petite hypothèse et les plus cruelles et farfelues rumeurs circulèrent. Et moi, dans tout cela, j'étais désespérée. Vraiment. Monsieur Adamson était l'une des seules raisons qui me permettaient de surmonter ma vie à Oxford. Je ne m'épanouissais pas dans mes études mais pour je ne sais quelles raisons, j'étais incapable d'abandonner. Les professeurs, et même mes camarades, me prenaient pour la gentille fille un peu idiote, qui ne sait pas vraiment ce qu'elle fiche ici. Et je me sentais d'ailleurs exactement comme ça. Et là, tenez vous bien parce que le meilleur reste à venir. Sur un coup de tête et poussée par un vent de rébellion, je décidais de tout plaquer. Je quittai Oxford, sans diplôme, sans argent, dans un seul et unique but : retrouver Monsieur Adamson. Je vous laisse quelques instants pour vous fendre la poire parce qu'il y a de quoi ! Si seulement j'avais l'opportunité de croiser la Kalea que j'étais à ce moment-là, je lui mettrais probablement une bonne paire de baffes. Non pas que je regrette mon choix, mais j'aurais seulement voulu prendre plus de précaution, assurer mes arrières. Mais, quand j'y repense, j'étais tellement paumée que finalement, un choix ou un autre ... Bref. Après avoir soudoyé l'administration de l'université, j'avais réussi à obtenir l'adresse de Monsieur Adamson. Woodsboro, Texas. Jamais entendu parler. Mais bon, tel était mon destin. Et on ne discute pas avec le destin.

Je vous laisse imaginer la tête de Monsieur Adamson lorsqu'il m'a vu débarquer à l'improvistechez lui, lui qui me connaissait à peine et qui ne devait sûrement même plus savoir qui j'étais. Mais bon, il a été sympa, ce brave Andrew. J'ai bien essayé de lui mentir et d'inventer une histoire justifiant ma venue, il n'a pas été dupe. En même temps, je ne savais même pas pourquoi j'étais là. Et d'ailleurs, je ne sais toujours pas. Cela dit, je ne suis jamais repartie. Un an a passé. Un an. Cela me parait énorme. Monsieur Adamson a toujours été adorable avec moi. Vraiment. Une espèce d'accord tacite s'est installé entre nous. Il pouvait m'héberger mais je ne devais poser aucune question sur le pourquoi du comment il était venu s'enterrer à Woodsboro. Seulement, c'est trop tentant et ça me démange de savoir pourquoi il a soudainement quitté Oxford. Je me sens comme une détective investie d'une mission. C'est excitant. Mais voila. Depuis quelques mois, Woodsboro est devenu encore plus inquiétante qu'elle ne l'était. Ghostface et ses coups de fil, et le meurtre de cette pauvre Jersey. C'est tout simplement horrible. Je sens que les mois à venir s'annoncent rudes. Très rudes.




chapter two.


JE SUPPOSE QUE TU DEVINES POURQUOI NOUS T'AVONS CONVOQUÉ, AU COMMISSARIAT, KALEA ; Non, absolument pas. Je n'ai rien fait de mal, je suis innocente. Mais si j'ai fait quelque chose qu'il ne fallait pas, je m'en excuse, je ne veux causer aucun problème !

NOUS TACHERONS DE FAIRE LE PLUS COURT POSSIBLE, TOUJOURS EST-IL QU'IL EST DE NOTRE DEVOIR D'INTERROGER TOUTES LES PERSONNES SUSCEPTIBLES D'AVOIR VU, ENTENDU QUELQUE CHOSE QUI POURRAIT NOUS AIDER A AVANCER DANS NOTRE ENQUÊTE. EN PREMIER LIEU, PEUX-TU NOUS DIRE CE QUE TU FAISAIS LA NUIT DU 31/10/2012 ? Oh mon dieu ! La nuit du 31 ? J'ai regardé un film, j'ai écris quelques idées de scénarios et ensuite, j'ai été me coucher. Oui, c'est probablement ce que j'ai dû faire.

TRÈS BIEN, À SUPPOSER QUE NOUS TE CROYONS, Y AURAIT-IL QUELQU'UN QUI PUISSE APPUYER TES DIRES, APPUYER TON ALIBI ? Et bien ... Mon ami Monsieur Adamson, Andrew, a regardé le film avec moi. Et puis ensuite, je suis montée dans ma chambre et il est resté dans le salon.

EST-CE QUE TU CONNAISSAIS LA VICTIME, ET QUELLES ÉTAIENT TES RELATIONS AVEC CETTE DERNIÈRE ? Cela ne fait qu'un an que j'habite à Woodsboro mais je connaissais de vue Jersey. Elle était venue quelque fois au Librarium, où je travaille. Je ne la connaissais pas plus que ça. J'ai toujours trouvé qu'elle avait l'air d'une gentille fille.

TRÈS BIEN... ENCORE UNE DERNIÈRE QUESTION ET NOUS TE LAISSERONS PARTIR. AS-TU ENTENDU, OU MÊME VU, QUELQUE CHOSE QUI POURRAIT NOUS AIDER ? ES-TU AU COURANT D'UNE QUELCONQUE PERSONNE POUVANT EN VOULOIR SUFFISAMMENT À LA VICTIME POUR LA TUER ? Oh non, je ne pense pas que quiconque ait eu envie de s'en prendre à elle. Je ne la connaissais pas très bien mais elle était souriante et polie. Je ne comprends pas comment quelque chose a pu lui arriver ...

MERCI POUR LE TEMPS QUE TU NOUS AS ACCORDÉ. TU PEUX DISPOSER.



chapter three.


En apprenant la triste nouvelle, mon sang n'a fait qu'un tour. Clairement, ma vie est devenue un cauchemar. Déjà, pauvre Jersey ! Ce qui lui est arrivé est horrible, personne ne mérite cela ! Personne ! J'ai toujours été du genre à me faire des films pour rien, à être parano pour le moindre truc. Depuis que je vis à Woodsboro, je suis seule la plupart du temps car Monsieur Adamson vadrouille je ne sais où. Je vis donc sans cesse dans la terreur, et je dors très peu. Je débranche le téléphone dès que j'en ai l'occasion, de peur que Ghostface ne soit à l'autre bout du fil. J'évite de trainer dehors le soir et je verrouille toutes les portes derrière moi.



Cucumber


Voilà, ma présentation est achevée, vous en savez un peu plus sur Kalea Bradshaw mais qui se cache derrière l'écran, hein ? C'est un mystère, n'est-ce pas ? Oh ne vous inquiétez pas, je vais rapidement vous éclairer sur ce point. Je m'appelle Marion, plus connue sous le sobriquet de Cucumber, j'ai dix-neuf ans ans et j'habite en France, Nancy. Je fréquente les forums rp depuis plus de trois ans et je juge mon niveau, mon expérience, plutôt suffisante. Je juge ne pas avoir besoin d'aide pour évoluer sur le forum. Je n'hésiterais cependant pas à contacter l'administration, s'il devait y avoir un problème. J'ai découvert ce forum grâce à Bazzart, même si je le connaissais dans sa première version et je le trouve vraiment incroyable. Pour ce qui est du code qui vous permettra de prendre conscience que, oui, j'ai vraiment lu votre règlement, le voici : pepe. Je me ferais un plaisir de rester à votre dispo' si vous avez des questions à me poser et, bien évidemment, je me réjouis de vous retrouver sur le forum, les gars.



Dernière édition par Kalea Bradshaw le Sam 15 Déc - 19:10, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas





Invité



MessageSujet: Re: I'm alone, on a bicycle for two. Mer 12 Déc - 18:07

BIENVENUUUUUUUUUUUUUUE !!
Panettiere omg elle devient rare et pourtant Groupie
Je te la réserve brillant
Et te souhaite bon courage pour ta fiche omg omg
Revenir en haut Aller en bas
the screamtastique

avatar




ϟ MESSAGES : 464
ϟ INSCRIPTION : 16/11/2012

ϟ AGE : 20 y.o.
ϟ OCCUPATION : student.
ϟ STATUT : compliqué.






MessageSujet: Re: I'm alone, on a bicycle for two. Mer 12 Déc - 18:09

PANETTIERE I love you omg omg omg
bienvenue, réserve moi ton meilleur lien !
Et si t'as des questions, here we are mdr

_________________

    uc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Invité



MessageSujet: Re: I'm alone, on a bicycle for two. Mer 12 Déc - 18:11

J'te souhaite la bienvenue sur le fofo et fighting pour ta fiche o/
Revenir en haut Aller en bas





Invité



MessageSujet: Re: I'm alone, on a bicycle for two. Sam 15 Déc - 17:06

Primrose : Merci. brillant Oui, elle est rarement prise mais c'était mon perso sur la première version de Scream et j'y tiens donc, j'ai décidé de la reprendre. :D

Eden : Sans souci pour le lien. omg Merci. I love you

Samuel : Merciiii ! I love you


Revenir en haut Aller en bas





Invité



MessageSujet: Re: I'm alone, on a bicycle for two. Dim 16 Déc - 17:31

OMG KALEA omg omg
je suis content de te voir de retour omg omg cannard
Revenir en haut Aller en bas





Invité



MessageSujet: Re: I'm alone, on a bicycle for two. Dim 16 Déc - 22:36

Hayden.brillant
Bienvenue sur le forum, ta fiche est parfaite, je te valide donc.I love you
Si tu as la moindre question, n'hésite pas.pelle
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I'm alone, on a bicycle for two.

Revenir en haut Aller en bas
 

I'm alone, on a bicycle for two.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HORS JEUX :: les archives-